options de recherche
COLLECTIF EUROPEEN
D'EQUIPES DE PEDAGOGIE INSTITUTIONNELLE

La Francilie

(texte de présentation rédigé pour le livre 2 de Actualité de la PI de Fernand Oury, le livre des groupes, paru chez Matrice* en 2011)

Une place se définit

1977, à Langon[1] : le dernier conseil des GET  a lieu, les participants rendent leurs responsabilités, referment la porte et décident d'aller travailler « ailleurs, autrement ». Ils sont majoritairement provinciaux et le groupe des professeurs du secondaire y est important. La décision est prise de lancer une publication. L'écriture du livre Maintenant la Pédagogie Institutionnelle (dit MPI) commence.

Oui mais voilà, Paris.

Paris et ses maisons d'édition (Matrice n'existe pas encore), Paris et son Ministère (Alain Savary va arriver), Paris comme lieu commode pour se réunir quand on vient de Bretagne et de Lorraine, Paris et ses copains qui bossent aussi, comme ceux des régions.

Alors Paris centralise la réalisation du livre MPI, devient le lieu des conseils annuels, le lieu de fabrication de la revue La PI en questions et Paris se retrouve au centre… du Collectif.

Centre géographique, centre symbolique. Des actions d'envergure s'y tiennent, deux Universités d'été dans les années 80-90, la participation à plusieurs Biennales de l'éducation à la Sorbonne de 1994 à 1998 puis au CNAM, les journées d'hommage à Fernand Oury à l'INRP, à l'école de la Neuville.

Michel Exertier démarre son séminaire, il le tiendra 15 ans.

Le Collectif a du mal à se décentrer de Paris. Mais petit à petit, le décalage se construit. Le pôle belge prend son essor, des braises en Isère commencent à scintiller, une graine quitte un groupe de Rouen et se pose du côté des Pyrénées[3]. Tout ceci grandit et l'inéluctable arrive : « Paris ras le bol ». Deux décisions sont prises : le lieu du conseil annuel se transportera chaque année dans une région différente et chacune prendra à tour de rôle en responsabilité la fabrication du Bulletin intérieur (il y a 5 numéros dans l'année).

C'est le moment, nous sommes au début des années 2000, où le groupe parisien de ceintures noires reprenant le nom de Caus'actes[4] décide de se déclarer équipe de PI, une parmi d'autres. Sa région est la Francilie, une parmi d'autres. Un autre groupe viendra en 2007, l'Épi Mercredi.

Paris délogé laisse une place vide au centre.

Lors d'un Conseil tenu en Belgique, le Collectif décide de s'appeler « Collectif européen… ».

Une révolution tranquille mais radicale s'est réalisée. Une belle façon de fêter les 30 ans du Collectif. Dans chaque région un collectif d'équipes se développe et la Francilie prend la parole quand vient son tour au Conseil pour présenter son travail de l'année : son séminaire, ses Journées de Janson, son rôle moteur dans la création des Rencontres d'été, le travail des équipes de terrain…  La Francilie est au travail.

Quelques actions de l'épi Caus'actes :

Les Journées de Janson

Depuis plusieurs années, le troisième samedi des mois d'octobre et de mai, le groupe Caus'actes organise, au lycée Janson de Sailly, des après-midi de réflexion et d'échanges autour de la PI. (Voir les détails par le lien ci-contre à droite)

Ont participé à ces journées : le GRPI (le Groupe de recherche de PI initié par Francis Imbert), le Groupe PI (Arnaud Dubois, Paris-Créteil), le GR95 (Bruno Robbes) et de nombreuses personnes intéressées. Des intervenants, Sandra de Toledo, éditrice des œuvres complètes de Fernand Deligny, Christian Baudelot à propos de son livre L'élitisme républicain, Sébastien Pesce sur la sémiotique ont également animé ces après-midi ; Michel Amram de l'école de la Neuville devait participer à celle d'octobre 2010 reportée pour cause de manifestations.

Les Rencontres d'été de PI

Depuis 2008 les Rencontres d'été de PI articulent un stage  ouvert aux enseignants, éducateurs, formateurs, … désireux de s'initier, de s'entraîner ou de se perfectionner aux outils de la PI et un chantier réunissant des responsables actuels ou anciens des mouvements, soucieux d'approfondir et d'élaborer collectivement la PI qu'ils portent et qui ne cesse de "les travailler″.

Philippe Jubin, Chantal Facca

Pour connaître l'actualité des actions et prendre contact avec les groupes de la Francilie, voir ci-contre

* Matrice, reprise en "Collection Matrice" dans les éditions "Champ social" à Nîmes : Champ social éditions, 34bis, rue Clérisseau – 30000 Nîmes Tél./fax : 04 66 29 10 04 mob. 06 18 89 42 79 ; site : http://www.champsocial.com/

.




Il n'y a aucun commentaire...


Pages liées :