options de recherche
COLLECTIF EUROPEEN
D'EQUIPES DE PEDAGOGIE INSTITUTIONNELLE
date : 17 octobre 2011

Prologue

Depuis plus de trente ans, des praticiens-militants, soucieux d'élaborer des outils, des modalités d'organisation et des concepts qui soient des points d'appui en classe, dans leur milieu professionnel ou militant, se retrouvent dans des équipes et font vivre un Collectif, espace d'invention permanente d'une PI coopérative.

« S'ensembler » sans s'engluer. Dimension politique urgente que ce travail incessant des relations de pouvoir, d'attraction, d'aveuglement au sein de groupes d'adultes volontaires, embarqués sur des rafiots contingents donc insubmersibles1 et qui n'oublient pas que « pour pouvoir dire JE, il faut d'abord exister quelque part »2.

Les textes présentés sous la griffe du Collectif Européen d'Équipes de PI ont été écrits pour la circonstance, au sein de groupes actuels parties-prenantes du collectif. Dépourvus de tout souci d'unité ou d'homogénéité, ils sont le témoignage d'un travail – élaborer ce qui professionnellement nous tient éveillés – et non des textes d'opinion ou de culte. Après-coup, lecture se faisant, des correspondances peuvent s'établir, pour peu que la lecture s'en fasse entre les lignes et qu'ils soient pris pour ce qu'ils sont : une parole portant signature et, à ce titre irrécupérable, unique, non reproductible.

L'ensemble s'ouvre sur le décryptage d'un échange au sein de l'atelier Caus'Actes. Cet entretien a pour thème la période charnière 1973-1978 qui voit la transformation du Groupe d'Éducation Thérapeutique, créé et impulsé par Fernand Oury et Aïda Vasquez, en les GET, tentative d'organisation collective du mouvement avec bulletins intérieurs, conseils, partage explicite de responsabilités. C'est à ce moment-là que Fernand Oury déclare « se mettre en retrait » ; en fait, il retourne au mouvement Freinet, via le groupe Genèse de la coopérative. Suit une période durant laquelle certains veulent continuer les GET. D'autres en arrivent à la conclusion que ce serait s'approprier indûment une œuvre qui n'est pas la leur et créent, en 1978, sans reniement ni allégeance, le Collectif des Équipes de PI (CÉPI) qui produit, dans la foulée, deux ouvrages « ignorés » par la doxa institutionnelle : Maintenant la pédagogie institutionnelle, Hachette, Paris 1979, salué par Daniel Hameline, et Collèges, faire face à la violence, Syros, Paris, 1984.

Depuis, au CEÉPI, en date du début 2010, plus de 150 bulletins intérieurs, bulletins de liaison entre les équipes, ont été édités. Quelques 50 stages, universités d'été, chantiers, etc. ont été organisés en France, sans compter ceux des copains belges ; sans oublier, le travail institutionnel en collège ou les ateliers contes avec des élèves sourds, l'écriture monographique, des productions d'outils pédagogiques et le montage du site… Un séminaire a, quinze ans durant, ouvert la PI à d'autres angles : Pierre Legendre, Saint-Augustin, Dolto, la mystique féminine, Pierre Delion, la fonction scribe, Rosa Luxembourg, le POUM 3, Rancière4, Sibony, Deligny etc.

1978-2010. L'élan demeure, le cap est maintenu. Entre solidaires et solitaires, c'est bien autre chose qu'une simple différence de consonne qui se joue.

CAUS'ACTES : Danièle Clairon, Michel Exertier, Chantal Facca, Philippe Jubin et
Philippe Legouis, responsable production, 20 janvier 2011

 

1 : Cf. l'image du radeau de Deligny « Un radeau, vous savez comment c'est fait : il y a des troncs de bois reliés entre eux de manière assez lâche, si bien que lorsque s'abattent les montagnes d'eau, l'eau passe à travers les troncs écartés… Autrement dit, nous ne retenons pas les questions. Notre liberté relative vient de cette structure rudimentaire (...) Quand les questions s'abattent, nous ne serrons pas les rangs ... Nous ne maintenons du projet que ce qui du projet nous relie. Vous voyez par-là l'importance primordiale des liens et du mode d'attache... »

2 : Jean OURY, aux stages CÉPI (ou CEÉPI) de 1974-75-76 à St Vincent, de 95 à Blois, 98 à Mur de Sologne, de 2000 à Aoste, de 2008 à Chaingy…

3 : P.O.U.M. : Parti Ouvrier d'Unification Marxiste. Pendant la guerre d'Espagne, François Tosquelles, en Catalogne, participe aux activités du POUM.

4 : La PI « est nue… Elle n'est fondée dans aucune nature des choses et n'est garantie dans aucune forme institutionnelle. Elle n'est portée par aucune nécessité historique et n'en porte aucune. Elle n'est confiée qu'à la constance de ses actes. La chose a donc de quoi susciter de la peur, donc de la haine chez ceux qui sont habitués à exercer le magistère de la pensée. Mais chez ceux qui savent partager avec n'importe qui le pouvoir égal de l'intelligence, elle peut susciter, à l'inverse, du courage, donc de la joie ». J. Rancière, La haine de la démocratie, éditions La Fabrique, Paris 2005.




Il n'y a aucun commentaire...