options de recherche
COLLECTIF EUROPEEN
D'EQUIPES DE PEDAGOGIE INSTITUTIONNELLE
date : 30 décembre 2011

 

Médiations, institutions et loi dans la classe,
Pratiques de Pédagogie Institutionnelle,

Francis Imbert, Esf Éditeur, 2ème édition, 2000-11-14
 

couveturePour qui regarde d'un peu près le fonctionnement des écoles, collèges et lycées de banlieue, mais aussi de nombreux établissements scolaires où tout, apparemment, fonctionne bien, il est clair que le problème prioritaire est aujourd'hui celui de la socialisation des élèves.
Il reste à comprendre que cette socialisation ne saurait résulter d'une tentative de moralisation ou de normalisation.
Ce n'est plus à l'aide d'une discipline rigide ou de sanctions traditionnelles qu'il sera possible de venir à bout de l'" anarchie " de ces " irréguliers ", jadis évoqués par Durkheim, et qui risquent de devenir, en ces temps agités, des irréductibles.

Dans une société qui ne propose plus à sa jeunesse que des images factices, au moment où la fonction éducative est passée, en partie de la famille à l'école, la véritable éducation suppose bien " une mise en pratique de la loi ", laquelle s'opère à travers l'articulation de dispositifs de médiation, de réseaux d'échange et de partage, d'où puisse advenir que ta parole se délivre, que le sujet fasciné se réveille.

C'est à travers une trentaine de courtes monographies rédigées par des enseignants que Francis Imbert s'attache, dans cet ouvrage, à montrer comment on peut, très concrètement, dans une classe, faire travailler la loi à partir de la mise en place de médiations.

Dans le droit fil de la " Pédagogie Institutionnelle ", il s'attache à donner les moyens nécessaires aux enseignants pour que leur face à face quotidien avec les élèves soit autre chose qu'un rapport de forces qui dégénère en violence réciproque.

Un ouvrage absolument essentiel pour ceux qui croient encore à l'éducation et ne se résignent pas à laisser leurs classes devenir des camps clos d'affrontements personnels qui pourraient bien engendrer, un jour, de terribles violences sociales.




Il n'y a aucun commentaire...